Regardons la Nature de près

Regardons la Nature de près

Les parcs et les jardins accueillent de belles espèces animales. Vous avez albums et comptes-rendus de visite dans les menus "CATEGORIES" et "PAGES" pour les voir vivre, surtout à la Haute-Île ! Vous aussi, observez et sauvegardez notre nature.


4 -1 Les odonates à la Haute-Île

Publié par Olivier Hépiègne sur 16 Septembre 2012, 15:22pm

Catégories : #NATURE

Compte tenu du nombre croissant de photos d'odonates la taille de l'article 4 ne facilite plus la lecture rapide. En conséquence toute la partie "Odonate" est déplacée dans un nouvel article consacré à ce superbe insecte. 

 

Les odonates (demoiselles, libellules)

 

Le hasard a voulu que je photographie des odonates.

Il faut bien tuer le temps quand on est à l'affût ! Et par la suite j'ai commencé à regarder le long des chemins et à faire attention à ce qui est parterre.

 

Pour pouvoir mettre un nom correct à ces insectes il faut s'adresser à des spécialistes et ensuite se familiariser aux noms latins. Bien que langue morte le latin est toujours pratiqué pour les matières scientifiques, les noms de chaque espèce est ainsi clairement identifiée.  

Avant de vous montrer les quelques photos d'odonates j'adresse tout d'abord tous mes remerciements à l'association SNPN (Société Nationale de Protection de la Nature; www.snpn.com). Brièvement cette association s'occupe de 2 réserves : celle de la Camargue et au Lac du Grand-Lieu à Nantes. Sans leur aide je n'aurais jamais pu écrire un article sur ces insectes.

 

Je leur donne volontiers des photos d'insectes ou d'animaux vivant dans ces milieux humides. C'est une manière de leur donner des informations du site.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage et/ou participer aux travaux de SNPN cliquez sur le lien suivant :

http://www.snpn.com/spip.php?article1771

 

 

La taille de cet odonate posé sur une feuille attire l'attention, il parait énorme !  

Il s'agit de la libellule Aeschné bleue, mâle immature (Aeshna cyanea).

 

IMAG 3592 DxO raw

 

Sur cette photo : la demoiselle Caloptéryx éclatant, femelle (Calopteryx splendens).

 

IMAG 2389 DxO raw 

 

Ces odonates sont particulièrement visibles. Souvent posés sur de la végétation à hauteur d'homme.

Ci-dessous : la demoiselle Caloptéryx éclatant, mâle (Calopteryx splendens).

 

IMAG 1384 DxO raw 

 

Au printemps il y en a partout. Vous ne pouvez pas les manquer ! Nul besoin d'aller dans les zones interdites, vous les voyez le long des chemins.

 

Encore plus petit :

Tellement petit que l'odonate n'est pas plus large que la tige d'herbe haute.

Sur cette photo il s'agit de l'Agrion porte-coupe, mâle (Enallagma cyathigerum).

 

Voici quelques odonates que l'on peut observer dans l'herbe le long de la route montant à la passerelle.

 

IMAG 2634 DxO raw

 

Regardez comment ce couple se tient :

 

IMGE 2507 DxOB raw

 

Et maintenant sur la feuille : l'Agrion élégant, femelle immature (Ishnura elegans). Sa taille est plus fine que la feuille ! 

 

IMGE 2227 DxO raw

 

Ci-dessous : la demoiselle Leste vert, adulte mâle (Lestes veridis). Photographie prise le 1er octobre 2011. Pendant que des couples déposent des oeufs dans les bassins celui-ci se met en évidence ou profite du soleil avant l'automne.

 

7MAGE 9468 DxO

 

La végétation est tellement haute à l'observatoire qu'il suffit de poser l'appareil et attendre que le vent s'arrête.

 

Revenons à des odonates plus gros :

 

Ci-dessous : la libellule Orthetrum réticulé, femelle (Orthetrum cancellatum).

 

IMAG 2535 DxO raw 

 

Cet odonate aime bien se poser sur les chemins. Là non plus il n'est pas nécessaire d'aller dans les zones interdites.

 

Et ci-dessous : la libellule Orthetrum réticulé, mâle (Orthetrum cancellatum).

 

IMAG 2661 DxO raw

 

Ci-dessous : la libellule Sympétrum (Sympetrum)

 

imag 7038 DxO raw

 

Il est plus facile de l'observer lorsque la lumière traverse ses ailes.

Ce petit corps a besoin de 4 ailes. Comment voler lorsqu'il y a du vent ? Ça nous semble impossible.

 

Pour déterminer un odonate il est nécessaire d'avoir une photo de bonne qualité (des photos sous différents angles seraient idéales).

L'analyse se porte par exemple sur : la couleur des pattes, les cercoides, le thorax (les ptérostigmas...), l'abdomen (les appendices anaux...), les ailes, les yeux, la forme des couleurs....

La photo ci-dessus est loin d'être suffisante puisqu' il y a 11 espèces de Sympetrum.

 

A titre d'exemple voici deux photos de la libellule Sympétrum strié mâle (Sympetrum striolatum), sous des angles différents :

 

7IMAE 1210 DxO

  

7IMAE 1202 DxO   

 

Ci-dessous : la libellule Sympétrum strié, femelle immature (Sympetrum striolatum).

 

IMAG 2646 DxO raw

 

Et enfin un couple de libellules Sympétrum sp. (Sympetrum).

 

 imag 7812 DxO raw   

 

Pour l'instant tous les odonates vivant dans le parc de la Haute-Ile ne sont pas représentés dans cet article.

Le printemps s'annonce bien. Il y a tellement d'espèces qu'en avril 2012 il sera bien facile de faire de nouvelles captures.

 

Un des points communs à toutes ces photos : aucune ne montre comment l'odonate se nourrit. Un objectif pour l'année prochaine : quelle est la nourriture des odonates, butinent-ils comme une abeille ou chassent-ils des insectes ?

 

Avant l'automne les odonates adultes se retrouvent aux bassins pour la ponte. Il est temps de perpétuer l'espèce.

Les couples vont et viennent à plusieurs reprises au-dessus de l'eau.

 

Ici nous voyons un couple de libellules Sympétrum rouge-sang (Sympetrum sanguineum). Photographies effectuées depuis un observatoire.

 

7MAGE 9448 DxO

 

7MAGE 9453 DxO 

 

La position du mâle tenant la femelle montre l'existence d'une pince à l'extrémité de son corps.

Ici nous pouvons voir celle du Sympétrum strié, mâle (Sympetrum striolatum) :

 

 7IMAE 1192 DxO

 

 

Mais comment font-ils pour voler ainsi ? Tout est synchronisé à la perfection. 

 

Voici un couple de demoiselles Coenagrionidae :

 

IMAG 0640 DxO raw

 

 

Les oeufs ainsi déposés donneront naissance à des larves, des exuvies, et à ce stade de leur évolution je ne peux pas les suivre dans leur développement. Plonger est strictement interdit dans les bassins.

On se donne donc rendez-vous au prochain printemps.

 

Au printemps 2012

 

Voici les captures:

 

Un Sympetrum sp. (par manque de détails il n'est pas possible d'attribuer l'espèce).

 

I7MGES 2100 DxO

 

Une demoiselle Agrion Porte-coupe mâle (Enallagma cyathigerum).

 

7MGES 1531 DxOb

 

Un Anax empereur femelle en train de pondre, (Anax imperator).

 

7MGES 9911 DxO

 

Une exuvie d'un odonate Anax (Anax)

 

7MGES 1503 DxO

 

Une demoiselle Agrion (Coenagrion)

 

7MGES 1506 DxO

 

Une libellule à quatre tâches mâle (au milieu des ailes, nodus) (libellula quadricumalata) et une exuvie.

 

7MGES 1538 DxOb

 

Un Anax empereur mâle (Anax imperator) face à un Agrion Porte-coupe mâle (Enallagma cyathigerum) (à droite). Encore plus à droite une toute petite exuvie.

 

7MGES 1512 DxO

 

Un Aeschne mixte mâle (Aeshna mixta) sur 3 photos

 

I7MGES 2328 DxO

 

I7MGES 2376 DxO

 

I7MGES 2459 DxO

 

 

Au printemps 2013

 

L'Agrion à larges pattes femelle (Platycnemis pennipes).

 

IM7GES 5087 DxO

 

et le mâle

 

IM7GES 5076 DxO

 

Une Naïade aux yeux rouges femelle (Erythromma najas).

 

IM7GES 2319 DxO 

 

Juillet 2013

 

Un Crococothémis écarlate (Crocothemis erythraea).

 

IM7GES 7423 DxO

 

 

Un Leste brun (Sympecma fusca)

 

IM7GES 7322 DxO

 

Cet article est complété par les rapports de visite. 

Commenter cet article

corinne 16/09/2012 18:43


Chapeau pour les photos des aeschnes! c'est vraiment sportif de les saisir au vol


Je me suis régalée avec les photos et commentaires et aussi beaucoup apprécié l'humour " La plongée sous marine est strictement interdite dans les bassins "


La saison n'est pas finie,beaucoup d'aeschnes en ce moment.


J'attends le reportage de la prochaine sortie avec impatience.

ECO OBSERVATEUR 16/09/2012 19:13



merci pour vos commentaires.


C'est vrai que le temps s'y prête beaucoup pour voir les odonates pondre. Bien content que ces insectes vous plaisent également.


je ne connais pas du tout la profondeur des bassins. Sur internet on peut trouver des photos des travaux et les véhicules utilisés. Ce fut manifestement du gros oeuvre et à l'origine le
site était couvert de végétation.


ce parc départemental labelisé Natura 2000 doit garder toute sa valeur environnementale. Des barrières ont été mises pour empêcher les visiteurs de prendre un bain de pieds. Un plus
pour ce parc : la zone coincée entre le canal de la Marne et la RN34, elle devrait être intégrée à ce parc.


 



Archives

Articles récents