Regardons la Nature de près

Regardons la Nature de près

Les parcs et les jardins accueillent de belles espèces animales. Vous avez albums et comptes-rendus de visite dans les menus "CATEGORIES" et "PAGES" pour les voir vivre, surtout à la Haute-Île ! Vous aussi, observez et sauvegardez notre nature.


164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Publié par Olivier Hépiègne sur 7 Février 2015, 22:37pm

Catégories : #NATURE

07/02/2015

Météo : superbe soleil avec du -4°, comment dire ?...

Hier soir j'ai regardé un reportage sur la Finance appliquée à la Nature (Thema de Arte). On met un prix à toute sorte d'espèces ! On cherche à estimer la valeur d'un animal alors qu'il n'en a pas. On fait vraiment compliqué, de plus le risque de perdre existe toujours.

Quel est donc le prix de l'Abeille ? On sait au moins une chose : pas d'abeille, pas de pollinisation donc le choix en fruits et légumes est réduit à une peau de chagrin. On pourra alors dire quelle est la valeur de l'Abeille : INESTIMABLE ! De toute manière la Nature est NOTRE bien.

Comme toujours un titre tiré de ce qui a pu être photographié ou vu ! Un titre certainement étonnant car nous sommes en hiver et la nourriture n'est pas en plein développement.

Les espèces végétales ne sont pas scientifiquement précises par manque d'information. Mais la variété est assez large pour montrer que le parc de la Haute-île est un espace pour la Nature, tout comme celui du Sausset.

Merci à Corinne qui a tout de suite apporté son expertise (voir son Commentaire) !

La visite commence par cette rangée de Peupliers le long du canal de la Marne (de Chelles, si vous voulez le chercher sur les cartes géographiques !). Il y a beaucoup de guis et des baies blanches. Ces fruits sont les mets favoris des Grives draines, mais aujourd'hui ce sont les Pigeons ramiers tête première dans les feuilles.

Ces guis sont à une hauteur pas possible ! L'eau du canal nourrit les Peupliers et les parasites s'y invitent :)

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Que d'eau ! Une grande étendue au bord quasiment gelé. Il y avait très peu d'oiseaux, j'ai photographié ce Canard colvert pour l'ambiance donnée par cette lumière.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Il faisait très froid, les moutons sont partis après avoir tondu l'herbe ! Le sol est encore couvert ici et là de neige. Au loin un groupe d'Etourneaux sansonnets et deux oiseaux différents car ils ne volaient pas ensemble.

En grossissant la photo on peut voir ces deux Grives litornes.

Ils n'arrêtaient pas de picorer dans l'herbe. Une terre rasée mais les passereaux y trouvent aussi leur compte.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Ils sont nombreux dans le parc, certainement moins que les Saules. Les Aulnes ne sont pas invasifs et leurs graines (dans les cônes) attirent souvent : Pinson des arbres, Chardonneret élégant et le Tarin que j'espère revoir un jour.

Pour plus d'infos sur l'Aulne :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aulne

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

On change d'arbre, on change alors de décor et d'ambiance !

Une Mésange bleue sur une plante absolument délicate, elle est légère et elle y trouve aussi sa nourriture.

C'est une Clématite des Haies au nom scientifique Climatis vitalba.

Elle passe ensuite sur un arbre aux branches très fines, là elle prend sa position favorite : tête en bas et à son extrémité.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Un Jonc complètement isolé, allez les passereaux il reste encore une moitié !

C'est une Massette à larges feuilles, répondant au nom scientifique Typha latifolia.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Cette photo est loin d'être la meilleure mais elle montre un arbre et une sorte de lierre. La combinaison des deux permet de donner des abris aux tout petits passereaux, aux arthropodes et bien sûr il doit bien y avoir des fleurs au printemps !

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

On retourne sur l'eau.

Une Gallinule poule d'eau va monter sur la barge à Sternes. Ce mouvement est assez rapide, alors voici un résumé en trois temps.

Remarquez l'articulation de ses pattes, c'est l'opposé de la nôtre !

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Dans l'herbe et derrière les Saules, un Ragondin dort au soleil ! Ses poils épais le protègent bien.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Nous retrouvons les Aulnes avec une Mésange à longue queue. Remarquez les cônes (contiennent des graines) et les chatons (contiennent des fleurs mâles ou femelles) que l'on retrouve aussi sur le Noisetier.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Une autre Mésange mais sur une branche de Saule (je pense). Elle, aussi, aime se trouver dans cette position.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

En attendant de voir un Blongios nain ou un Butor étoilé dans l'une des roselières du parc, voici un Butor au parc du Sausset.

Les Roseaux se développent très bien et leur fournissent un lieu de vie : protection et nourriture car les poissons viennent également se réfugier. Ils passent complètement inaperçus grâce à leur plumage.

Au Sausset le Butor étoilé vient pour l'hiver et le Blongios pour se reproduire.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Il donne l'impression d'avoir des petites pattes et un cou très court.

Le Butor étoilé est souvent aux aguets. Il n'arrêtait pas de regarder en haut, derrière lui et parterre.

Il nous a montré ainsi sa véritable taille : un cou interminable, surtout que son bec ne fait qu'accentuer sa dimension.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Pour faire face au vent froid les Bécassines des marais se mettent face au soleil et pour certaines dans les roseaux. C'est un brise-vent de 1ère catégorie.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

C'est la seule sortie du Butor étoilé pendant les 2 heures d'observation.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Retour aux Bécassines des marais.

Elles se déplacent sur la glace ou sur le bord de cette roselière. Il y a eu alors quelques opportunités de photographier des ailes ouvertes et des envols.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

La Bécassine aime trouver sa nourriture dans la terre au bord de l'eau.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Une Pie bavarde est venue perturber leur tranquillité : l'élément manquant pour provoquer l'envolée des Bécassines.

C'est la première fois que je vois exactement comment elle change de position pour prendre la fuite.

La queue se déploie (un point apparaît sur les plumes) et l'avant du corps baissé, elle est alors prête à s'envoler ! La dernière photo montre davantage les plumes de la queue.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Le Butor étoilé était rentré dans la roselière. Il en est sorti par l'autre côté et en deux coups d'aile il est allé rejoindre la roselière d'en face.

Au milieu des roseaux il devient invisible.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

A l'aller l'autre Butor étoilé était invisible, mais au retour il est immobile et posé sur des roseaux serrés par ses pattes.

On peut croire qu'il est lourd mais posé ainsi, il a le poids d'une plume.

164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015
164 - Cette terre nourricière : 07/02/2015

Fin de cet article.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeanpierre jurado 08/02/2015 14:20

Je confirme les observations de Corinne.
Tu as fait du chemin!
Un vrai naturaliste et un très bon photographe, pour notre plaisir.

ECO OBSERVATEUR 08/02/2015 18:35

merci Jean-Pierre ! On continue de prendre soin de nos espaces Natura 2000. Le parc Georges Valbon a un petit souci, il ne faudra pas lâcher le morceau. Ils sont tout trois différents donc nécessaires à la biodiversité, et les habitants de la région en profitent !

corinne 08/02/2015 10:32

Bonjour Olivier
Encore un bel article sur l’hiver.
Quelques noms pour les espèces végétales.
Mésange bleue et clématite des haies Clématis vitalba
Et aussi la massette typha latifolia
Et les roselières sont généralement composées de phragmites ou roseaux phragmites australis

Bravo pour le butor étoilé ,images rares , et belle brochette de bécassines.
Quelle patience pour nous fournir ces belles images.
Bon dimanche
Corinne

Archives

Articles récents